Alerte Grand froid

CAMO santé : Alerte grand froid

Les risques encourus sont l’hypothermie et les gelures. Les risques cardio-vasculaires concernent moins les copains compte tenu de leur âge, sauf s’ils sont porteurs d’une anomalie congénitale.

Pour celles et ceux qui vont effectuer des maraudes, quelques éléments supplémentaires pour apprécier les situations critiques :

L’hypothermie:

L’hypothermie est la conséquence directe d’une exposition prolongée au froid sans moyen de défense. Son apparition est insidieuse et progressive ce qui la rend d’autant plus dangereuse.  Elle est définie par une température corporelle inférieure ou égale à 35°. Signes précurseurs :

–          À 36,7°C : refroidissement des extrémités (pieds, doigts, oreilles et nez froids) causé pas la vasoconstriction. Altération de la motricité fine : les tâches précises, comme remonter une fermeture éclair, deviennent difficiles. Augmentation de la diurèse (on urine plus pour diminuer la pression artérielle liée à la vasoconstriction).

–          À 36,4°C : le reste du corps commence à souffrir du froid (sensation de froid intense). Apparition des frissons que l’on peut encore arrêter volontairement. Le sujet peut avoir un comportement inadapté par rapport à la situation (par exemple, il refuse de mettre son bonnet sans aucune argumentation derrière).

–          À 36°C en moyenne, la motricité fine est largement altérée, on frissonne régulièrement et plus intensément. Troubles des facultés mentales (ex : incapacité à effectuer un calcul mental simple).

–          Hypothermie légère, entre 35°C et 34°C : le cerveau est « engourdi ». Frissons violent impossibles à contrôler, extrémités cyanosées.

–          Hypothermie modérée, entre 34°C et 32°C : le risque vital est patent.

Prévention :

–          Vêtements propres et bien adaptés à sa morphologie (ni trop large, ni trop serré). Préférer les matières synthétiques et la laine, plutôt que le coton qui retient l’eau.

–          Mettre plusieurs couches de vêtements (l’air entre chaque couche constitue un bon isolant). Ne pas hésiter à enlever une couche si la température extérieure se réchauffe (pour éviter la sudation, car l’humidité en s’évaporant pompe énormément de chaleur).

–          Adjoindre un coupe-vent.

–          Etre bien hydraté en permanence. Eviter la caféine ou l’alcool à cause de leur puissant effet vasodilatateur.

–          Grignotage fortement recommandé pour garder de l’énergie en réserve (ex : sachets de fruits secs).

Traitement :

Au moindre doute, appeler les pompiers, impératif si l’état de conscience est altéré. Couvrir la personne en l’isolant du sol et en étendant des sacs de couchage et couverture de survie. Ne pas trop la bouger en attendant que la température remonte. Donner une boisson chaude si l’état de conscience le permet. Ne pas frictionner (risque de léser les tissus insensibles à cause du froid).

Les gelures :

Les gelures sont provoquées lors d’une exposition prolongée à des températures inférieures à 0°C .
La vasoconstriction des vaisseaux des extrémités du corps causée par la réaction de celui-ci face au froid provoque une gelure caractérisée par l’insensibilité et la pâleur des extrémités touchées. Lorsque la circulation est réactivée, la partie touchée rougit alors et est parcourue de picotements. La guérison est rapide. Cette gelure superficielle est le premier stade de la gelure, mais si la circulation n’est pas réactivée rapidement, le gelure peut endommager beaucoup plus profondément les tissus, jusqu’à leur destruction.
La survenue d’une gelure est, dans la plupart des cas, progressive et indolore. Elle peut être décelée par l’apparition d’engourdissement, la perte de sensibilité mais aussi l’aspect blanc et cireux de la peau (pour les copains à la peau noire, il faut regarder la cyanose au niveau des ongles).  Une déshydratation, une alimentation insuffisante et un mauvais équipement augmentent considérablement le risque de gelure.

 

Traitement :

–          Plonger les mains ou les pieds dans un bain chaud à 38° pendant une heure.

–          Boire suffisamment, des boissons chaudes de préférence.

–          La coloration rose revient assez vite si la gelure est superficielle. Si les doigts restent livides ou violacés, il faut hospitaliser.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *